mardi 19 septembre 2017 Ajouter à vos favoris       Envoyer à un ami
 
 

Yéhuda Moraly

Le fils de l'empereur de Chine (doctorat)

Tout a commencé en Mongolie. Je préparais sous la direction du Professeur Lee Chi de l'Université de Brest un doctorat d'études cinématographiques intitulé: "Présences intertextuelles du cinéma chinois dans le folklore breton."

Une bibliothécaire aveugle me montra de vieux bouts de pellicules enfouies dans un ravin à l'ouest d'où ? D'où ? C'est un assassiné qui vous parle, un goût d'abîme dans la bouche.

Une mise en scène anonyme montrait des sacs remplis de yens scellés dans la paroi du cinéma Kung Fu à Quimper. Des sous-titres rédigés en vieux mongol attribuaient cette immense fortune au dernier empereur de Chine qui avait voulu la cacher là.

Dans une note de ma thèse, j'évoquai cette découverte, en appendice, le quatre, rédigé à la fois en vieux mongol et en breton moderne (je rappelle qu'il s'agissait là d'une thèse d'esthétique cinématographique comparée). Le troisième jour du Ramadan, lorsque celui-ci correspond avec l'anniversaire de Mao Tsé Toung, ce qui se produit tous les quarante-trois ans, l'ombre du pilier de droite à l'entrée du cinéma Kung Fu , projetée sur la paroi de la salle de projection, indique l'exact emplacement du trésor.

Quelques années après ma soutenance, le Professeur Lee Chi me trouva du travail comme caissier au cinéma Karaté, de Brest.

Je sympathisais tout de suite avec la vieille ouvreuse du Karaté, Rouleau de Printemps, née Menhir, qui avait travaillé avec le Professeur Lee Chi sur un sujet parallèle au mien.

Or, un matin, je la trouvai, près des lavabos un couteau planté entre les deux épaules. C'est du même couteau que je meurs. Je n'ai trouvé personne pour raconter mon histoire. Trempant les doigts dans mon sang, je la dessine en bandes dessinées microscopiques sur les carreaux des sous-sols de la Commission à l'Aide de la Création Cinématographique.

- C'est le projectionniste, me souffla Rouleau de Printemps expirant, le projectionniste du cinéma le Kung Fu de Quimper. Il tue tous ceux qui s'approchent du trésor. Le trésor que tu as révélé dans ton doctorat, celui de l'Empereur de Chine est si grand qu'il s'étend sous tout Quimper, sous tout Paris. La fille de Kurosawa est aussi dans le coup. Celle elle qui a tourné le film. Elle était mariée avec le fils de l'Empereur de Chine. Mais toi aussi tu es le fils de l'Empereur de Chine. Le trésor t'appartient! Méfie toi de Claude Lelouch!

J'étais donc le fils de l'Empereur de Chine. Et le trésor dont j'avais découvert l'existence m'appartenait!

C'était si beau, tous ces yens rangés en piles, les colliers de rubis, les perles tressées en grappes de raisin, entrelacées d'animaux minuscules, de renards du désert en lapis-lazulis.

Et puis le grand trésor de l'Empereur de Chine, un poème à la gloire de son amour secret, une bretonne, ancienne danseuse étoile de l'Opéra de Paris, un gigantesque film d'aventures signé Kurosawa projeté pour l'éternité, jour et nuit, sous tout Quimper, sous tout Paris, en breton, en chinois, en rubis.

 
Build your own website with Quickyweb! Quickyweb is much more than a web hosting provider. It is a complete website building and website hosting solution