mardi 22 août 2017 Ajouter à vos favoris       Envoyer à un ami
 
 

Sophie Stern

Maison de Famille
roman, Éditions Avant-Propos, Collection Matanel, 2015
Extrait : Chapitre 8, pages 187, 188.

« Que fait ce bel Israélien en simple tee-shirt blanc sur les berges de la Manche, un lundi matin pourtant frais de novembre? Contrairement à beaucoup de compatriotes de son âge et à ses cousins, Eyal ne rêve pas d’incarner cette génération dynamique, ingénieuse et branchée, diplômée du Technion, qui excelle dans la High Tech à Tel-Aviv en s’absorbant trente-six heures par jour devant un écran plat, dans un bureau gris aseptisé meublé Ikea, perché en haut d’une tour du complexe Azrieli, de déjeuner chaque jour d’une pizza ou de sushis au crabe non casher et de finir par s’endormir épuisé aux toilettes ou dans sa propre voiture, le soir, avant d’avoir pu atteindre le seuil de sa porte. Eyal ne rêve pas de rouler à toute vitesse en 4x4 Volkswagen ou en Porsche noire aux côtés d’une jolie blonde qui a grandi à New York et impressionne son groupe d’amis par son accent américain, son diplôme de Yale et son faux air de Scarlett Johansson. Il ne rêve pas d’acquérir tout un immeuble de style Bauhaus, sur Rothschild ou Allenby, qu’il fera détruire, entièrement raser comme sa propre tête une heure après l’avoir acquis, parce qu’il hait les vieilles choses. Il ne rêve pas non plus d’organiser des voyages bon marché en Thaïlande pour jeunes Israéliens qui ont besoin de se distraire au sortir de l’armée, de faire des affaires compliquées avec un Chinois en Inde ni de s’envoler au Canada pour tenter sa chance, avec une jeune Russe dont le rabbinat ne reconnaît pas la judéité douteuse et qu’il faudra aller épouser clandestinement, un jeudi matin, contre l’avis parental, à Chypre.
Il rêve que ceux qui le connaissent l’oublient un peu. Il rêve parfois d’être né sous d’autres cieux, plus spacieux et plus calmes, dans un pays où le service militaire, devenu inutile, a été aboli. Il rêve que son père cesse de le harceler pour qu’il mette à profit son diplôme d’architecte en construisant des barres d’immeubles laides et sans âme, dans la banlieue sud de Nahariya, ou qu’il mette la bague au doigt à une jolie fille dévouée qui aura assez de sagesse ou d’abnégation pour le supporter toute une vie.
Il rêve de pouvoir passer quelques années tranquilles à l’abri du besoin, à Paris, Londres ou dans quelque capitale européenne. Il rêve de trottoirs en brique, de façades imposantes et sombres à l’architecture classique et européenne, de ciels gris, bas, nuancés. Il rêve d’ambiances crépusculaires, de rues larges bordées de platanes ou de vieux marronniers, ponctuées de petits cafés ou de pubs où on peut s’asseoir prendre une bière, et tuer le temps jusqu’à ne plus savoir s’il fait jour ou nuit de- hors, et où on croise parfois de jolies rousses au profil de madones irlandaises, au regard magnétique et bleu, en train de siroter une Leffe pour se détendre après le travail. Il rêve de vivre dans un pays où l’hiver dure cinq mois et où il neige chaque année, d’enfiler des pulls de laine vierge les uns sur les autres et de s’enrouler dans un plaid à carreaux écossais au coin d’un feu qu’il aura pris soin d’allumer lui-même. »



 

 
Build your own website with Quickyweb! Quickyweb is much more than a web hosting provider. It is a complete website building and website hosting solution