mardi 22 août 2017 Ajouter à vos favoris       Envoyer à un ami
 
 

Revue Continuum

Continuum 9/2012
Sommaire 
Parcours sépharades
  1. Regards historiques 
    Yair Biran, Le miracle sépharade
    Jacqueline Soferman-Biran, L'histoire singulière des Juifs de Bulgarie
    Hélène Trigano, La mémoire à venir des sépharades

  2. Perspectives 
    Daniel Sibony, Que sont devenus les Juifs marocains ?
    Yehuda Lancry, Dans le continuum de mes germinations
    Yehuda Moraly, Le grand opéra d'Alger
    Jean-Luc Allouche, Sur le bout de la langue
    Entretien : Shmuel Trigano/Guylain-David Sitbon : Rencontres manquées

  3. Derrière la caméra
    Charlotte Szlovak, Retour en un lieu disparu
    Entretien : Kamal Hachkar/Agnès Ben Simon: La mémoire plurielle de Kamal Hachkar
    Entretien : Jean-Pierre Lliedo/Rachel Samoul: Qui êtes-vous, Jean-Pierre Lliedo?

  4. D'une écriture à l'autre
    Marcel Cohen, Lettre à Antonio Saura 
    Shmuel T. Meyer, Sweet Goulette
    Gérard Benhamou, D'Asnières à Tel-Aviv, regards de vie 
    Roselyne Déry, A Fred 
    Colette Leinman, Deux textes 
    Liliane Limonchik, Mon château en Espagne
    Carlos Benaïm, Les odeurs et les saveurs du Maroc de ma jeunesse : « ces gouttes de mémoire dans des flacons

  5. Une œuvre, une vie
    Francine Kaufmann, Natân André Chouraqui : d’Aïn-Témouchent à Jérusalem
    Claude Sitbon, Albert Memmi – un regard biographique
    Albert Memmi, Poèmes inédits

  6. Ami Bouganim et son œuvre
    Entretien : Ami Bouganim/Roselyne Déry : Dans les coulisses d’un champ d’iris mauves
    Jean-Pierre Allali, Ami Bouganim – Le prince des éclectiques 
    Emanuela Trevisan Semi, « Diasporisme » chez Ami Bouganim ou nostalgie ironique de la galut ?
    Guy Dugas, La fantaisie dans les chroniques du mellah 
    Anny Dayan Rosenman, Ami Bouganim : une tragédie hérissée de rires
    Laurent Cohen, De la polyphonie
    Michaël Maidan, Ami-calement : Ami Bouganim lecteur de Levinas (A propos de La rime et le rite)
    Abdelkader Mana, Le crépuscule de Mogador 
    Henri Raczymow, L’Ami Bouganim
    Ami Bouganim, Textes inédits

  7. Notes de lecture
    Danielle Michel-Chich, Lettre à Zohra D., par Esther Orner
    Boualem Sansal, L’histoire de l’Algérie a toujours été écrite par les autres, par Rachel Samoul
    Yehuda Lancry, Mémoires d'un ambassadeur d'Israël, par Marlena Braester
    Frédéric Gasquet, Une famille de Tunis dans l'enfer nazi, par Liliane Limonchick
    Metin Arditi, Le Turquetto, par Liliane Limonchick
    Henri Meschonnic, L'Obscur travaille, par Marlena Braester

  8. Note d'une traductrice
    Uri Orlev, Poèmes écrits à Bergen-Belsen en 1944 en sa treizième année (éditions de l’éclat, 2011, traduits de l’hébreu par Sabine Huynh), par Sabine Huynh

Editorial
Reflétée par l'écriture, la diversité des parcours intellectuels sépharades est extrêmement significative, chargée d'émotion, riche en allusions. Les horizons premiers ont pourtant fortement marqué tous les auteurs qui témoignent dans les pages de notre revue de leurs voies, de leurs choix, de leur force de création.

L'histoire avec ses divers niveaux de mémoire - de la mémoire personnelle à celle collective – s'inscrit dans l'écriture de chacun. Les perspectives sont multiples, les angles qui laissent voir tel ou tel aspect du vécu, les éclairages, l'articulation du langage – des langues, multiples elles aussi. On peut entendre même les consonances du judéo-espagnol par des extraits publiés en miroir avec la version en langue française de la Lettre à Antonio Saura offerts par  Marcel Cohen. Mais le lecteur peut également voir des scènes entières expliquées, commentées par des auteurs de films, il peut se trouver soudain derrière l'oeil de la caméra, des cadrages différents lui permettant de comprendre le rythme de la vie, les nuances des récits, l'émotion du retour dans l'espace fondateur pour réfléchir sur la présence juive sur des terres diverses.  
    
Porteurs de  ce que Yehuda Lancry appelle la "sève de l'origine", chacun des écrivains ou artistes interrogés témoigne de son espace fondateur. Selon le contexte social, le problème de l'identité et de l'altérité se pose différemment: la tradition, la culture, l'esprit, la langue, les saveurs passent dans l'acte d'écriture, dans l'espace de la parole.

Plusieurs entretiens rendent - au niveau du dialogue - les éclairages des métamorphoses vécues plus proches du lecteur. Mais à un niveau plus profond s'instaure le dialogue subreptice des textes qui communiquent secrètement d'un auteur à l'autre, dialogue souterrain entre les questions même que se posent les auteurs et le réseau des réponses; des liens s'établissent, des résonances emboîtées venant des mondes le plus souvent impossibles à retrouver - "exil dans l’exil", dirait Henri Raczymow. Au cœur de chaque texte, on retrouve les bouleversements des départs, des grands départs,  du fait de quitter une terre, de trouver ou de retrouver une autre, l'attachement à la terre natale avec toutes ses nuances,  le sentiment d'arrachement. 

  Complémentaire à la première partie de ce numéro est la suite des textes critiques, analyses, témoignages consacrés à l'oeuvre d'Ami Bouganim, avec des extraits inédits offerts par l'auteur (prose et poésie) et un entretien qui lui donne la parole.   

Un extrait le renvoie à la Mogador de son enfance, tout en symbolisant la puissance des racines de tous: "Cette clé, mon père me l’avait donnée le jour anniversaire de mes dix ans : "Tu es un homme : voici la clé de ta maison. Garde-la bien." Je la possède encore, c’est même le seul bien matériel que j’ai gardé des siècles d’enracinement de ma famille au Maghreb. La serrure qu’elle ouvrait est restée la même […] 
 


* préface de l'Histoire des Juifs en Afrique du Nord, Paris, Hachette, 1985.
 
Build your own website with Quickyweb! Quickyweb is much more than a web hosting provider. It is a complete website building and website hosting solution